NYSE: AEM 46,29
+0,62 +1,35%
Volume: 292 977
août 16, 2017
TSX: AEM 58,78
+0,54 +0,93%
Volume: 173 484
août 16, 2017
Gold: 1 273,70
-10,50 -0,82%
Volume: 338
août 15, 2017

Résultat net ajusté

Le résultat net ajusté n’est pas une mesure reconnue selon les IFRS (Normes internationales d’information financière) et cette donnée peut ne pas être comparable aux donnéesprésentées par d’autres producteurs aurifères. Cette mesure est calculée en ajustant le résultat net comptabilisé dans les états du résultat et du résultat global consolidés pour tenir compte des éléments non récurrents et inhabituels et d’autres éléments. La société utilise le résultat net ajusté afin d’évaluer le rendement d’exploitation sous-jacent de la société et pour l’aider dans la planification et la prévision des futurs résultats opérationnels. La société est d’avis que le résultat net ajusté est une mesure utile de la performance puisqueles gains et les pertes de change, les ajustements à la valeur de marché, les profits et les pertes non récurrents, la charge liée aux options sur actions et les profits et les pertes latents sur les instruments financiers ne reflètent pas le rendement d’exploitation sous-jacent de la société et pourraient ne pas correspondre aux futurs résultats opérationnels.

Coûts de maintien tout compris par once d’or produite en fonction des sous-produits et des coproduits

Les coûts de maintien tout compris par once d’or produite ne sont pas une mesure reconnue selon les IFRS et ces données peuvent ne pas être comparables aux données présentées par d’autres producteurs aurifères. Les coûts de maintien tout compris par once d’or produite sont une mesure qui est utilisée pour indiquer le coût total de la production aurifère tirée des activités en cours. La société calcule les coûts de maintien tout compris par once d’or produite en faisant la somme du total des coûts décaissés par once en fonction des sous-produits, des dépenses en immobilisations liées aux investissements de maintien (incluant les dépenses d’exploration incorporées dans le coût de l’actif), des frais généraux et d’administration (incluant la charge liée aux options sur actions) et des frais de restauration des lieux, puis en la divisant par le nombre d’onces d’or produites. Les coûts de maintien tout compris par once d’or produite en fonction des coproduits sont calculés de la même façon que les coûts de maintien tout compris par once d’or produite en fonction des sous-produits, sauf qu’aucun rajustement n’est effectué pour tenir compte des produits tirés des métaux récupérés comme sous-produits. La méthodologie utilisée par la société pour calculer les coûts de maintien tout compris par once pourrait différer de celle qu’utilisent d’autres producteurs qui communiquent des données sur les coûts de maintien tout compris par once. La société pourrait modifier la méthodologie qu’elle utilise pour calculer les coûts de maintien tout compris par once dans l’avenir, notamment si le World Gold Council adopte officiellement des lignes directrices sectorielles pour cette mesure. La direction est consciente que ces mesures de la performance par once peuvent être influencées par les fluctuations des taux de change et, dans le cas des coûts de maintien tout compris par once d’or produite en fonction des sous-produits, par les prix des métaux récupérés comme sous-produits. La direction atténue ces limites inhérentes en utilisant ces mesures en combinaison avec les coûts des sites miniers par tonne et d’autres données préparées selon les IFRS.

Bilan

État financier qui indique la situation de l’actif, du passif et des capitaux propres d’une société à une date donnée. On l’appelle également l’état de la situation financière.

Flux de trésorerie

Toutes les variations ayant une incidence sur le compte de caisse durant un exercice.

Coûts des sites miniers par tonne

Les coûts des sites miniers par tonne ne sont pas une mesure reconnue selon les IFRS et ces données peuvent ne pas être comparables aux données présentées par d’autres producteurs aurifères. Cette mesure est utilisée pour calculer les dépenses liées au traitement d’une tonne de minerai dans les sites miniers. Les coûts des sites miniers par tonne sont calculés en rajustant les coûts de production, tels qu’ils figurent dans les états du résultat et du résultat global consolidés, pour tenir compte des coûts de production liés aux stocks de concentrés invendus et d’autres ajustements, puis en divisant par le nombre de tonnes de minerai traitées. Puisque la mesure du total des coûts décaissés par once d’or produite peut subir l’incidence des fluctuations des prix des métaux récupérés comme sous-produits et des taux de change, la direction est d’avis que les coûts des sites miniers par tonne fournissent des renseignements supplémentaires sur le rendement des activités minières en éliminant l’incidence des variations des niveaux de production. La direction utilise aussi cette mesure pour déterminer la viabilité économique des blocs d’exploitation. Comme chaque bloc d’exploitation est évalué en fonction de la valeur de réalisation nette de chaque tonne extraite, de façon à être économiquement viable, les produits d’exploitation estimatifs par tonne doivent être supérieurs aux coûts des sites miniers par tonne. La direction est consciente que cette mesure par tonne de la performance peut être influencée par les fluctuations des niveaux de minerai traité et atténue cette limite inhérente en utilisant cette mesure en combinaison avec les coûts de production préparés selon les IFRS.

Actifs courants

Trésorerie et équivalents de trésorerie et autres éléments d’actif que la société peut convertir en espèces dans l’année. Ces éléments comprennent, entre autres, la trésorerie, les comptes clients et les stocks de produits à vendre.

Passifs courants

Engagements de la société envers ses créanciers, ses fournisseurs, le fisc et d’autres, exigibles à moins d’un an.

Ratio emprunts/capitaux propres

Règle générale, ce ratio est calculé en divisant la dette à long terme par les capitaux propres.

Amortissement

Provision pour la perte de valeur que subit une immobilisation en raison de son utilisation ou de son âge. Le coût de l’immobilisation est réparti sur sa durée de vie utile estimative, selon la méthode de l’amortissement linéaire. L’amortissement figure dans la catégorie Actif du bilan.

Dividendes

Paiements en espèces versés par une société aux actionnaires, à parts égales par action détenue.

Survaleur (goodwill)

Actif incorporel qui accroît la valeur d’une entreprise, par exemple la réputation de ses produits, de ses services ou de son personnel. La survaleur est imputée aux résultats selon la méthode de l’amortissement linéaire sur la durée estimée de ce gain qui, règle générale, ne dépasse pas cinq ans.

État des résultats (compte de profits et pertes, compte de résultats)

Sommaire des produits, coûts et dépenses d’une entreprise durant un exercice.

Dette à long terme

Dette qu’une entreprise remboursera dans plus d’un an. Elle figure dans la catégorie Passif du bilan.

Dette nette

La dette nette n’est pas une mesure reconnue selon les IFRS et cette donnée peut ne pas être comparable aux données présentées par d’autres producteurs aurifères. La dette nette présente l’endettement total de la société en soustrayant de la valeur totale de son passif la valeur totale de sa trésorerie, de ses équivalents de trésorerie et d’autres liquidités. Tous les renseignements requis pour établir la dette nette de la société sont présentés dans le bilan.

Flux de trésorerie net disponible

Trésorerie que la société est capable de générer après avoir attribué les sommes requises pour maintenir ou accroître son actif, payer l’intérêt sur sa dette et verser les dividendes à ses actionnaires.

Résultat net

Produits d’une entreprise moins tous les frais, soit ce qu’une entreprise a gagné (ou perdu; on parle alors d’une perte nette) pendant une période donnée.

Résultat net par action

Portion du résultat net d’une entreprise attribuée à chaque action ordinaire en circulation.

Ratio cours/bénéfice

Cours de l’action divisé par le bénéfice par action. Le ratio cours-bénéfice peut être obtenu à partir du bénéfice déclaré du dernier exercice (ratio cours/bénéfice actuel) ou être basé sur les prévisions de bénéfice d’un analyste pour l’exercice suivant (ratio cours/bénéfice prévisionnel).

Rendement du capital investi

Bénéfice net des 12 derniers mois divisé par le capital investi du trimestre le plus récent (dette à long terme plus le capital-actions ordinaire et le capital-actions privilégié).

Rendement des capitaux propres

Gain en pourcentage sur un placement en actions ordinaires dans une société pendant une période donnée. Ce pourcentage est obtenu en divisant le capital-actions ordinaire (valeur nette) au début de la période comptable par le bénéfice net pour la période, après les dividendes sur actions privilégiées mais avant les dividendes sur actions ordinaire.

Action

Titre représentant une part de propriété dans une société. Le nombre d’actions qu’une société est autorisée à émettre est précisé dans ses actes de constitution.

Actions en circulation

Actions ordinaires émises par la société, figurant dans le bilan au poste Capitaux propres – Actions ordinaires – En circulation.

État des flux de trésorerie

État financier qui présente les entrées et sorties de liquidités d’une entreprise pendant une période donnée en les classant selon qu’elles se rapportent à ses activités d’exploitation, d’investissement ou de financement.

État des résultats

État financier qui présente les résultats des activités commerciales d’une entreprise (produits et charges) pour une période donnée.

Capitaux propres

Part de l’actif d’une entreprise qui appartient aux actionnaires. C’est le montant qui resterait si l’entreprise vendait tout son actif et remboursait tout son passif. Le poste Capitaux propres figure dans le bilan et l’état des capitaux propres.

Total des coûts décaissés par once d’or produite en fonction des sous-produits et des coproduits

Le total des coûts décaissés par once n’est pas une mesure reconnue selon les IFRS et cette donnée peut ne pas être comparable aux données présentées par d’autres producteurs aurifères. Le total des coûts décaissés par once d’or produite est présenté en fonction des sous-produits (en soustrayant des coûts de production les produits tirés des métaux récupérés comme sous-produits) et des coproduits (avant les produits tirés des métaux récupérés comme sous-produits). Le total des coûts décaissés par once d’or produite en fonction des sous-produits est calculé en rajustant les coûts de production, tels qu’ils sont inscrits dans les états consolidés des résultats, pour tenir compte des produits tirés des métaux récupérés comme sous-produits, des coûts de production liés aux stocks de concentrés invendus, des charges liées à la fonte, à l’affinage et à la commercialisation et des autres rajustements, puis en divisant par le nombre d’onces d’or produites. Le total des coûts décaissés par once d’or produite en fonction des coproduits est calculé de la même façon que le total des coûts décaissés par once d’or produite en fonction des sous-produits, mais sans qu’aucun rajustement ne soit effectué pour tenir compte des produits tirés des métaux récupérés comme sous-produits. Par conséquent, le calcul du total des coûts décaissés par once d’or produite en fonction des coproduits ne reflète pas une réduction des coûts de production ni des charges de fonte, d’affinage et de commercialisation associés à la production et à la vente des métaux récupérés comme sous-produits. Le total des coûts décaissés par once d’or produite vise à fournir des renseignements sur la capacité des activités minières de la société de générer des flux de trésorerie. La société utilise également ces mesures pour suivre le rendement des activités minières de la société. Puisque les cours de l’or sont cotés par once, l’utilisation du total des coûts décaissés par once d’or produite en fonction des sous-produits permet à la société d’évaluer les capacités d’une mine de générer des flux de trésorerie à divers prix de l’or. La direction est consciente que ces mesures de la performance par once peuvent être influencées par les fluctuations des taux de change et, dans le cas du total des coûts décaissés par once d’or produite en fonction des sous-produits, par les prix des métaux récupérés comme sous-produits. La direction atténue ces limites inhérentes en utilisant ces mesures en combinaison avec les coûts des sites miniers par tonne et d’autres données préparées selon les IFRS.