NYSE: AEM 48,46
+0,63 +1,32%
Volume: 2 653 147
décembre 3, 2021
TSX: AEM 62,17
+0,91 +1,48%
Volume: 601 396
décembre 3, 2021
Gold: 1 760,70
-20,90 -1,17%
Volume: 1 128
décembre 2, 2021

Agnico Eagle fourni de la pierre à savoir à des artistes inuits

14 octobre, 2021

Les sculptures inuites en pierre à savon sont plus populaires que jamais. La demande internationale pour ces œuvres d’art augmente.

Cependant, à mesure que la demande augmente, la pierre à sculpter de qualité est difficile à trouver, difficile d’accès et est rapidement utilisée.

Depuis des années, le gouvernement du Nunavut1 s’efforce d’améliorer la disponibilité de pierres à sculpter de qualité dans les collectivités de la région de Kivalliq, en particulier à Baker Lake, une importante communauté artistique qui accueille de nombreux artistes de renommée internationale2.

À environ 170 kilomètres au nord-ouest de Baker Lake se trouve le gisement Amaruq d’Agnico Eagle qui fait partie du complexe minier Meadowbank. Mike Beauregard, géologue résidant au Nunavut, a contacté l’équipe de géologie d’Amaruq peu de temps après le début de son exploitation en 2019 pour savoir si le gisement contenait de la pierre à savon de qualité. 

Selon le géologue Jérôme Lavoie d’Agnico Eagle, « grâce à nos activités d’exploration, nous avons trouvé une quantité importante de pierre à savon de qualité à proximité du gisement Amaruq. Heureusement, elle est accessible depuis nos opérations de surface et souterraines. »

Jérôme et son collègue Eric Marcil ont travaillé en étroite collaboration avec Mike pour identifier et tester3  la pierre à savon du complexe. Deux sculpteurs, Salomonie Pootoogook et David Arngnasungaaq, ont visité Amaruq pour évaluer la qualité de la pierre à sculpter, laquelle fut jugée particulièrement bonne.

En août 2020, Agnico Eagle a été ravie de fournir la pierre à savon sélectionnée par Salomonie et David pour soutenir leur art et la communauté artistique de la région de Kivalliq.

Pujjuut Kusugak, directeur des affaires du Nunavut chez Agnico Eagle, a déclaré : « La pierre à savon est d’une importance capitale pour de nombreux artistes et communautés inuits. Leurs sculptures mettent en lumière la façon dont vivaient nos ancêtres, leurs outils, leurs légendes, leurs animaux et leurs jeux. Nos artistes inuits perpétuent l’histoire et le mode de vie traditionnel. »

La communauté espère recevoir davantage de pierre à savon d’Amaruq afin de transmettre ses traditions culturelles et son savoir-faire à la prochaine génération. Non seulement la pierre à savon joue un rôle important dans le tissu social du Nunavut, elle est également déterminante pour l’économie locale et territoriale. Sans elle, de nombreux artistes seraient incapables de gagner leur vie et de subvenir aux besoins de leur famille. 

Pujjuut ajoute : « Lorsque le gouvernement a sollicité notre aide pour pallier à l’épuisement dans la région de pierres à sculpter de qualité, nous avons vu là une occasion d’améliorer la vie des gens et de favoriser le bien-être social et économique des collectivités locales. Nous espérons devenir une source continue de pierre à sculpter de qualité pour la région de Kivalliq. Nous voulons encourager les artistes locaux à faire connaître leur histoire, leur patrimoine et leur culture aux Canadiens et à la communauté internationale. C’est une façon pour nous tous d’en apprendre davantage sur leur expérience de vie dans l’Arctique au fil des millénaires. »

______________________________________________________________________

 1 ainsi qu’à d’autres organisations désignées du Nunavut dont l’Association Inuite du Kivalliq, l’organisation de chasseurs et de trappeurs et la Nunavut Tunngavik incorporée.
 2 Parmi les artistes bien connus de Baker Lake, mentionnons Jessie Oonark, Simon Tookoome et Marion Tuu’luq. 
 3 La pierre à savon est un terme qui englobe tous les types de pierre à sculpter utilisés par les artistes inuits, y compris la stéatite, la serpentinite et l’argillite. Elle peut contenir de l’amiante, ce qui pourrait représenter un risque pour la santé des sculpteurs. Ceux-ci doivent faire preuve de prudence pour ne pas respirer la poussière toxique générée par leurs outils. La plupart des sculpteurs inuits travaillent à l’extérieur, même l’hiver.